Entre moi et moi … et puis vous aussi :o)

» Catégorie : Patrimoine brebilandais


Le Château du Colombier … génial !!!

Commentaires » 9

               1006053.jpg

               1006126.jpg

               1006127.jpg

                       1006130.jpg

                 1006150.jpg

               1006163.jpg

                      1006174.jpg

               1006175.jpg

               1006190.jpg

               1006212.jpg

               1006214.jpg

               1006217.jpg

                       1006218.jpg

               1006221.jpg

               1006252.jpg

               1006239.jpg

               1006273.jpg

               1006250.jpg

               gedc0029.jpg

               gedc0179.jpg

               gedc0183.jpg

Mes agneaux … (enfin presque lol)

Commentaires » 8

                      1006011.jpg

Ils ont environ 2 semaines à peine … et à force de me voir passer 3 fois par jour ils commencent à s’habituer à moi emoticone

                      1006013.jpg

« Et si on s’amusait à rendre Maman chèvre ? » (le comble pour une brebis)

                      1006014.jpg

                                  Ne suis-je pas mignon ?

                         1006016.jpg

                         On ne s’éloigne jamais de Maman …

Rando 16 kms … ppppfffiiioooouuuuuuu

Commentaires » 12

                    1005920.jpg

                                Et au milieu, un tracteur …

                           1005935.jpg

                                  Toute pitite grinouille …

                    1005937.jpg

                    1005938.jpg

                           1005942.jpg

                           1005944.jpg

                   1005947.jpg

                                                 Bleuet

                   1005951.jpg

                           1005954.jpg

                                Silence, les sapins poussent …

                           1005957.jpg

                   1005960.jpg

                           1005963.jpg

                                     Une violette … blanche

                   1005964.jpg

                           1005966.jpg

                                         Une fourmilière

                           1005970.jpg

                                      Le Lac de Pareloup

                           1005975.jpg

                    1005981.jpg

                                             Boutons d’or

                            1005984.jpg

                    1005986.jpg

                                     La croix de Boulouis

                    1006000.jpg

                           1006003.jpg

                   1006005.jpg

                 « Quêêêêêêêuouah ? Vous trouvez ça drôle ?? « 

                   1006007.jpg

                   1005991.jpg

                   1005994.jpg

                                      L’heure de la tétée

                           1005971.jpg

                           1005977.jpg

                                        Belle-Maman et moi

Sauveterre-de-Rouergue

Commentaires » 14

                    dscn5241.jpg

                    dscn5238.jpg

                             1005890.jpg

                             1005886.jpg

                             dscn5243.jpg

                             1005887.jpg

                      1005888.jpg

Une cardabelle. De la famille de l’artichaut, on la trouve sur le plateau du Larzac (en Brebilandie).  Les bergers Caussenards, éleveurs de moutons, la cueillaient pour son cœur comestible et se servaient des feuilles épineuses pour démêler ou carder la laine de leurs troupeaux.
Cette plante comme le tournesol a la particularité de capter la lumière solaire en s’ouvrant en son centre. Mais celui-ci se referme lorsque tombe l’humidité et qu’arrive la pluie. Les paysans du plateau du Larzac se plaisent à dire de ce chardon, qu’il est le baromètre du berger et c’est donc un fin météorologue ! La cardabelle une fois séchée est, dit-on, un porte bonheur que l’on accroche volontiers à la porte de sa demeure. Les éleveurs du Larzac l’appelaient « le soleil des herbes ». Ils la clouaient à l’entrée des granges et des étables, elle veillait ainsi sur les animaux.  


                               1005893.jpg

                               1005892.jpg

                               1005903.jpg

                               dscn5255.jpg

The Cathedral of Rodez

Commentaires » 6

                       1005882.jpg

                       dscn5223.jpg

                       dscn5226.jpg

                       1005874.jpg

                             1005879.jpg

                1005875.jpg

                        1005877.jpg

                        dscn5229.jpg

                        1005880.jpg

                 dscn5232.jpg

L’Eglise de Brebiland

Commentaires » 6

En 1110 une « sauveté » fut instaurée à Brebiland ; d’ailleurs les quatre coins qui délimitaient l’espace de la sauveté sont encore en place aujourd’hui. On trouve les premières traces écrites de l’Eglise à cette époque. Consacrée à St Jean-Baptiste, elle fut aussi vouée au culte de Sainte-Foy. En 1431 elle fut détruite par le célèbre pilleur du Moyen-Âge, Rodrigue de Villandandro, puis reconstruite à l’identique.

Une sauveté, au Moyen-Âge, était une zone de refuge délimitée autour d’une église par plusieurs bornes. À l’intérieur de ce périmètre, il était interdit de poursuivre les fugitifs. Considérées comme un prolongement permanent de la trève de Dieu, elles offrent aux populations, à leurs biens et au travail de la terre la « securitas ».  De telles initiatives favorisent l’éclosion de nombreux villages, attirant parfois vagabonds mais surtout paysans du voisinage, qui cherchent refuge contre la violence des guerres féodales et qui se voient offrir des « libertas ».

Rénovée en extérieur une première fois au XIXème siècle (on l’a recouverte d’un enduit ciment immonde … c’est la raison pour laquelle vous ne verrez pas de photos de dehors lol), elle y perdit son clocher peigne pour son clocher à pointe d’aujourd’hui. La réfection intérieure, quant à elle, date de 1997.

                       1005595.jpg

                       1005598.jpg

               1005601.jpg

               1005607.jpg

La Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours … de Brebiland

Commentaires » 7

L’origine de la chapelle n’est pas définie … Peut-être a-t-elle été construite avant 1000, date à laquelle remonte une première trace écrite sur l’existence du village, ou bien peut-être a-t-elle construite en 1431 pour remplacer à la hâte l’église principale qui fut rasée lors d’un pillage ?

En revanche plusieurs écrits prouvent que cette chapelle prit la réputation d’être un lieu de miracles et plus particulièrement celui de guérir certaines maladies des yeux. Il est avéré que des pélerins de Saint Jacques de Compostelle se détournaient de leur itinéraire pour y effectuer une visite. A ce jour, Notre-Dame-de-Bon-Secours veille tout particulièrement sur les femmes enceintes.

              1005640.jpg

                      1005641.jpg

              1005644.jpg

Pourquoi « Brebiland » ??? Pour ça :

Commentaires » 6

                         18112010103.jpg

                         18112010104.jpg

                  g2qwdnaj.gif

 

Aubrac et l’Aubrac

Commentaires » 16

               1005102.jpg

                                                    Les Burons

               1005124.jpg

                       1005125.jpg

                1005140.jpg

                        Les paysages du Causse Comtal

                1005107.jpg

                                  L’Eglise d’Aubrac

                1005147.jpg

                                   La Vache Aubrac

                1005132.jpg

                                           La Fouace

                1005127.jpg

        Et la fameuse Tarte aux Myrtilles de Germaine !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! emoticone

                        1005129.jpg

 » À Aubrac depuis 1742, la famille Gros a d’abord ouvert une auberge au XVIIIe siècle. Celle qui a marqué les dernières décennies et donner son nom au restaurant, c’est Germaine. « Ma mère savait tout faire et c’était pour tout le monde un rayon de soleil », raconte sa fille Adrienne. « C’est elle qui a servi la première l’aligot en le filant. Elle a été décriée à l’époque car elle mettait trop de tome et il ne fallait pas ! J’essaye de perpétuer ce bon vivre et cette envie de faire plaisir qu’elle avait aux personnes qui viennent ici ». Décédée en 2000, Germaine serait ravie de voir qu’aujourd’hui, c’est Valérie, la fille d’Adrienne, qui a décidé de prendre le relais. Après de brillantes études dans l’hôtellerie où elle a travaillé au Ritz et dans les plus beaux hôtels de Polynésie, la petite-fille de Germaine est de retour au pays, par choix. Dans ce restaurant familial où la convivialité guide le service, l’aligot est bien entendu la grande spécialité. Il est délicieux et servi avec un pot de crème et un autre d’ail pour que chacun puisse l’agrémenter à son goût. Il faut bien sûr goûter la copieuse, mais vraiment très copieuse, tarte aux fruits rouges, sans oublier la fouace, la délicieuse fouace. Mais surtout y revenir car même si l’air de l’Aubrac met en appétit, il est impossible de tout déguster la première fois … »

Sur la route de l’Abbaye de Sylvanès

Commentaires » 4

                       1005040.jpg

                         1005047.jpg

Fondée en 1136 et décrite comme un joyau de l’architecture cistercienne elle ne compte plus aujourd’hui que quelques bâtiments : son église du XII ème siècle à l’acoustique particulière, une partie du cloître, la sacristie, la salle du chapitre et le scriptorium.

                       1005048.jpg

                               1005049.jpg

                               1005050.jpg

                               1005051.jpg

                       1005052.jpg

                              1005053.jpg

                              1005055.jpg

Pons de Léras, petit Seigneur du Larzac, touché par la grâce divine une nuit de Noël après une vie de pillages et autres brigandages, entreprit un long parcours de pénitence (chemin de Saint Jacques de Compostelle) qui l’amena auprès du Seigneur de Camarès qui l’installa sur une terre où il vécut avec avec six compagnons du travail de la terre , de prière et d’aumône.

La construction s’étalera sur près d’un siècle, et l’Abbaye traversera des périodes délicates : en 1477, elle est placée sous le régime de la Commende (l’Abbé est nommé, et non plus choisi par les moines); à la Révolution un morceau du cloître est vendu comme carrière de pierres et l’aile est transformée en bergerie et en grange par un exploitant agricole, l’église appartenant toujours à la paroisse.

En 1970, après la mort du dernier prêtre, l’abbaye est fermée et laissée à l’abandon. En 1975 le Père Gouzes vient s’installer à l’abbaye et créera l’Association des Amis de l’Abbaye de Sylvanès pour lancer la restauration du lieu et diffuser la musique lithurgique que compose le Père Gouzes.

www.sylvanes.com

 

 

12